Les Seigneurs

Le vieux Ballithar, l'ancien royaume des Hommes, était découpé en duchés, chacun gouverné par seigneur allégeant à la lignée d'Eduin depuis la grande réunification et la construction de Falryn. Les Ducs possédaient des domaines considérables et, ensembles, ils formaient la plus vaste et puissante entité politique qu'Arathiel ait jamais connu.
Chaque seigneur était lié par serment à un suzerain plus puissant, envers qui il avait des devoirs : aide financière (participation à des frais de mariage ou de dotes par exemple, en plus de l'impôt). De plus, chaque vassal devait convoquer son ban (les armées de ses propres vassaux) pour soutenir le suzerain en cas de force majeure ou de campagne de guerre. En échange, le suzerain offrait sa protection aux vassaux, notamment en mettant à leur disposition des fiefs pour qu'ils puissent protéger leurs terres. Ainsi, le Roi — le suzerain suprême — administrait traditionnellement la région de Falryn, tandis que ses Ducs et leurs Barons géraient le reste du Royaume, allant des Monts Auroch jusqu'à la mer intérieure de Durin. Ce maillage robuste faisait du Royaume de Ballithar une nation dont on préférait être ami qu'ennemi.

Tout cela est dit au passé, car les choses ont relativement changé depuis la Bataille de Falryn (voir Arathiel 373-395). D'abord surpris et désorganisés par des attaques internes de la Main Noire, les Seigneurs et leurs armées se sont faits proprement décimés par les Dragons. Des centaines de milliers d'hommes ont péri dans les flammes et les crocs des bêtes. Aujourd'hui, même si officiellement les Seigneurs possèdent toujours leurs domaines et leurs prérogatives, dans les faits ils ont perdu énormément de leurs pouvoirs : leurs terres sont désormais à l'autre bout du continent, et leur position est affaiblie par le récent anoblissement des dits Argentés, ces hommes non-inféodés au Royaume de Ballithar et que les dragons ont épargnés.



Tancred Inerial, Duc d'Inerion

Voir Le conseil .




















Üsif Estallon, Duc d'Harboth

Üsif Estallon est un très jeune Duc, son père Goderif et son frère aîné Goery ont tous deux péri dans les flammes de Falryn, faisant du nourrisson qu'il était alors l'héritier du Duché d'Harboth. Il a grandit à Hiloroth et, en dépit de ses armées quasiment réduites à néant, ses barons ont honoré leurs serments et suivi leur suzerain.
Üsif n'est qu'à penne plus âgé que le Roi, ils ont grandi à Bershmek et Hiloroth ensembles et semblent aussi proches qu des frères. 














Eraric Arnos

Eraric est un baron encore jeune et plein d'ambition. Tout juste un homme lors de l'attaque des Dragons, il a succédé à son frère tombé au combat. Les Arnosiens sont réputés être des soldats rigoureux et méthodiques. Eraric ne déroge pas à la tradition et continue de mettre ses compétences au service d'Üsif d'Estallon et du Roi.


















Lanfried d'Ernil

On dit que du sang elfique coule dans les veines des héritiers d'Ernil. Lanfried ne fera pas penser le contraire : Malgré son âge, il affiche une gaillardise et un charme encore étonnants. Guerrier vétéran, il a cependant perdu la moitié de ses hommes aux marches de Falryn. Il continue de servir la Couronne de son mieux.


















Théobald Baelmark, Duc de Trya

Théobald est avec Tancred d'Inérial le seul autre Duc de Murthos qui ait survécu à la Bataille de Falryn. Vieil accoutumé des champs de batailles, c'est un seigneur protocolaire et à la mine grave mais doté, dit-on, d'un remarquable sens de l'honneur et la justice. On le surnomme parfois "Le duc Mains-de-Cendres" car ses paumes sont cloquées de brûlures. On dit qu'il se blessa ainsi en essayant d'ouvrir le heaume de son fils calciné par les Dragons, mais le mal était déjà fait.
















Boniface Baelmark

Boniface est le petit cousin de Théobald, et son seul dernier parent vivant. La tradition veut que seuls les Baelmark gouvernent Trya. Son grand oncle l'a donc fait Baron. Boniface est un seigneur très populaire dans Hiloroth. Charismatique et beau-parleur, il apprécie tout le monde, et c'est réciproque.