La Magie


La Magie est un art communément pratiqué sur Arathiel, mais sa nature et son origine restent mal connues, même par ceux qui la pratiquent. "Le ciment du monde" comme aimait l'appeler Smil n'a ni consistance, ni couleur, et encore moins d'odeur. Les non-initiés ne peuvent pas sentir sa présence. Les magiciens, eux, parlent de flux chargés de sentiments partout présents sur Arathiel, et en même temps insaisissables. Ces Flux sont appelés l'Essence. 

Les magiciens assurent qu'ils ne peuvent pas fabriquer eux même l'Essence. Ils doivent aller la chercher mentalement, parfois très loin. C'est là, disent-ils, toute la difficulté de la magie : trouver l'Essence et la faire passer dans notre monde. Il existe plusieurs formes d'Essences différentes dont chacune semble liée à un type de sentiment ; colère, persévérance, prudence... Mais pour accéder à chacune d'entre-elles, le magicien doit trouver et passer une barrière mentale qui se matérialise différemment selon les personnes. Chez certains, il va s'agir d'un mur, pour d'autre un désert sans fin et dans lequel il doivent trouver la sortie... Une fois l'Essence en eux, les magiciens se sentent amplis d'une sorte d'argile impalpable et pourtant propre à être modelé en n'importe quoi d'imaginable. De fait, la magie n'as pas de limite connue à ses possibilités. Elle permet de tout faire.


Cependant, parvenir à sentir, trouver, et contenir l'Essence demande des années de pratique. Transformer cette Essence en sort effectif ne demande pas autant de temps, mais il requiert une concentration hors du commun, si bien que les magiciens ne parviennent qu'à retenir et se servir d'une poignée de sorts, rarement plus.
Plus on utilise d'Essence pour un sort, plus il est susceptible d'être puissant. Le corps ne peut cependant pas supporter des charges d'Essences infinies, il est limité à une quantité maximale bien précise qui peut être améliorée à force d'entraînement. Chaque fois que de l'Essence est transformée en sort, elle s'épuise. Le magicien doit se reposer pour retrouver ses pleines capacités à user de magie.

Il arrive parfois qu'un sort dégénère. On appelle cela les "trouées", et même les magiciens les plus expérimentés n'en sont pas à l'abri. L'Histoire se souvient de villages ayant étés malencontreusement rasés, de montagnes déplacées voire de créatures monstrueuses apparaissant à la place du sort, quand le magicien n'en devenait pas une lui-même... Plus un sort est gros, pour sa trouée éventuelle peut avoir des conséquences fâcheuses.

La magie semble être un art très contraint, mais rendez-vous compte : un mage qui sait tirer son essence de l'Erethiel et la transformer en sort est capable de faire tout ce qu'il désire et d'outrepasser toutes les lois des sciences et de la logique, du moment que ses réserves d'essence le lui permettent. Les magiciens peuvent contrôler le climat, les esprits, ils peuvent créer toutes les formes et toutes les matières. 

Tout cela fait de la Magie une force fantastique mais aussi infiniment dangereuse. Pour encadrer sa pratique et éviter toute dérive, l'Ordre à été crée ; une institution qui forme et répertorie les magiciens, en plus de les faire jurer de respecter une charte de conduite. Théoriquement, l'Ordre sait à tout moment quels mages usent de quels sorts, inutile de dire que cela rassure tout le monde.

[X] • L'Ordre, en savoir plus
L'Ordre

L'Ordre est une institution mondiale et vieille de quasiment trois siècles. Son but est d'institutionnaliser la magie, sa pratique, son enseignement, en regroupant les magiciens d'Arathiel tout entier.

Vocations de l'Ordre

La magie est puissante, mais toute aussi dangereuse. On ne peut laisser dans la nature des êtres capables de provoquer des pluies de flammes ou contrôler l'esprit des gens quels qu'ils soient. L'Ordre est là pour rassembler les mages du monde et s'assurer que tous respectent l'usage décent et raisonné de la Magie.
Pour ce faire, c'est lui qui prend en charge l'enseignement de chaque magicien d'Arathiel. Toute personne qui souhaite développer son affinité avec l'Essence doit forcément passer par l'Ordre ou un organisme accrédité. l'Ordre forme à ses propres frais les futurs magiciens qui au terme de leur apprentissage se voient apposer un tatouage magique sur le poignet droit et qui les identifie en tant que magicien accomplit. Ainsi, quand un magicien se présente dans un endroit public, on sait ce qu'il est, qui il est, et ce qu'il peut faire. 

Tous groupes ou personnes qui dispensent des enseignements clandestins, qui dissimulent leurs tatouages ou qui utilisent la magie pour troubler l'ordre publique et les bonnes mœurs, ou qui profitent abusivement de ses pouvoirs au dépend des autres sont traqués et sévèrement punis. 


Les Branches

L'Ordre est séparé en cinq grandes branches qui correspondent aux grands royaume d'Arathiel :

La branche de Quartz (royaume d'Hiloroth, Humains)
La branche de Silice (royaumes du Fahadji, Justes & Smilys)
La branche de Fer (royaume de Ril kazhad, Nains)
La branche d'Asphalte (royaume de Vré'klask, Drows)
La branche d'Ambre (royaume de kassaliryn, Elfes)

L'Ordre est une institution séparée des pouvoirs dirigeants, qu'il s'agisse d'une dynastie couronnée, de chefs de clans, ou encore de factions militaires. Cela veut dire qu'ils n'ont en théorie aucun pouvoir de décision sur la politique et les choix de l'Ordre. En pratique, cette indépendance est relative à la culture et l'histoire de chaque royaume. 

Par exemple, dans l'ancien royaume de Ballithar, l'Ordre était clairement séparé de la Couronne, mais cela n'empêchait pas une collaboration étroite.
L'affaire était symétriquement bénéfique : D'un coté, la couronne octroyait des terres, dispensait l'Ordre de certaines taxes et permettait à ce dernier de directement former la population réceptive à l'Essence. D'un autre coté, l'Ordre était une garantie d'un contrôle sur le développement des mages et de leurs apprentissages, car il est régit par une charte universelle qui prohibe tout excès dans l'utilisation de cet art, qui peut se révéler extrêmement dangereux entre de mauvaises mains.
De plus, l'Ordre s'engageait chaque année à fournir gratuitement à l'état des magiciens accomplis et à la fidélité implacable, qui officiaient la plupart du temps à la défense des villes, veillaient à la sécurité des rois, de leurs familles ou de toutes autres personnes de grande importance, principalement pour dissuader d'autres magiciens moins scrupuleux et reniés par l'Ordre.

Ce système à servit d'étalon chez les voisins du royaume de Ballithar et c'est encore lui qui est en vigueur à Hiloroth et dans la plupart des royaumes d'Arathiel. Mais on constate tout de même des différences plus ou moins importante. la Branche de Fer par exemple, n'a que peu de poids face à la dynastie de Bershmek. Chez les nains, c'est toujours la voie des forges, du commerce et de l'acier qu'on écoute en premier, alors qu'on s'y défie toujours un peu de la magie, la voie des enchantements exceptée.
Au Fahadji par contre, l'Ordre occupe une place d'une importance capitale. Les chefs de villages sont souvent eux même des magiciens. Les intérêts de la magies y sont donc intimement liés aux décisions et politiques des pouvoirs en place.


Hiérarchie

On distingue cinq niveaux hiérarchiques dans l'Ordre :
Ô Cönflux (Le/La Confluent(e)) : Chef suprême de l'Ordre.
Les Gorrias (Les Fleuves) : Chefs archimages des royaumes.
Les Lonrias (Les rivières) : Chef d'école.
Les Rias (Les ruisseaux) : Commun des magiciens d'Arathiel.
"Les filets" : Sobriquet officieux qui désigne les apprentis.
Ô Cönflux
Il est est l'un des cinq Gorrias (voir ci-dessous) promu à un grade supérieur, celui du chef suprême de l'Ordre. Ô Cönflux réuni le conseil chaque début de saison dans des endroits aussi secrets que changeants. S'y débattent toutes les questions et les politiques concernant le présent et l'avenir de l'Ordre. 

Ô Cönflux est élu tous les cinq ans, par un suffrage nommé La confluence. Ce dernier de déroulait normalement à Falryn. Depuis sa destruction, le lieux du vote est détenu secret. 
A l'approche du scrutin, chaque Lônria (chef d'école) prend le pouls au sein de son établissement. Qui serait le Cönflux idéal ? Il note l'avis de ses seconds, voire des simples Rias de son école, certains vont jusqu'à procéder à des votes. Les Lônrias peuvent aussi avoir leur opinion toute faite et ne requérir aucun conseil, c'est selon le caractère du chef d'école et/ou de la tradition de l'établissement ou de la branche à laquelle il appartient.

Les Gorrias
On dénombre invariablement cinq Gorrias. Ce sont de puissants mages et magiciennes qui dirigent chacun une Branche de l'Ordre. Généralement, ce sont des éminences dans leur royaume, et ils travaillent en liens étroits avec le pouvoirs souverains.

Les Lonrias 
Ce sont des magiciens expérimentés, ayant amplement prouvé leur dévotion à l'Ordre et leur utilisation raisonnée de la Magie. Chaque Lonrias est chef d'une école de magie, et conçernant la manière dont il gère son établissement, il n'a de comptes à rendre à personnes exceptés son Gorria et Ô Cönflux.

Les Rias 
Ils forment la base des magiciens d'Arathiel. Les Rias ne sont pas obligatoirement affiliés à l'Ordre, ils peuvent très bien ne plus avoir à faire à lui et s'en aller faire leurs vies après l'apprentissage de leurs premiers sorts. Dans ces conditions, on parle plutôt de simple "magicien", et non de Ria. (voir chapitre suivant)



Ria de l'Ordre, et après ?


Un tout jeune magicien a plusieurs choix qui s'offrent à lui. Il peut choisir tout simplement de quitter l'Ordre, et continuer sa vie comment et où bon lui semble. Les portes de l'Ordre seront de toute manière toujours ouvertes pour lui si il ressent de besoin d'apprendre de nouveaux sorts, de profiter des bibliothèques, des chambres, ou encore des hospices présents dans la plupart des écoles.

Mais il peut aussi décider de rester officier au sein de l'Ordre. C'est une institution présente dans Arathiel tout entier, aussi le travail n'y manque jamais, qu'il soit interne ou externe. 
Ria de l'Ordre 
Ce sont les magiciens qui ont choisis de rester dans les rangs de l'Ordre pour servir ses intérêts. Ils peuvent être affectés à une très large palette de travaux : Missions de protection (lors de la Confluence par exemple), diplomatiques ou de communication (avec d'autres écoles, où des groupes extérieurs à l'Ordre etc...), Expéditions (pour le compte de l'Ordre ou pour des commandes privées)...

Les services des Ria sont aussi largement loués par les pouvoirs régents des royaumes, mais aussi pour des personnes privées (marchands, corporations, mercenaires...) Cependant, ces services sont généralement d'un coût exorbitant, ils sont donc l'apanage des plus riches d'Arathiel.

Chaque Ria qui officie pour l'Ordre reçoit un salaire pour les missions qu'il mène, qu'il échoue ou bien qu'il réussisse (auquel cas une prime vient généralement grossir ses gains).

Instructeur 
Ces Magiciens sont les professeurs des écoles, les indispensables transmetteurs des savoirs magiques. On en trouve au moins trois (un pour chaque niveau de l'apprentissage) dans chaque école. Un instructeur est un Ria de l'Ordre qui a officié en tant que tel pendant au moins dix ans, laps de temps pendant lequel il a effectué de nombreuses missions et où il a prouvé sa droiture, sa compétence, sa patience. Les instructeurs sont nommés par les Gorrias, et peuvent changer d'école tant que des places y sont vacantes. 

Guetteur de l'Ordre 
Le Guet est une branche à part de l'Ordre. C'est en quelque sorte "la police" des magiciens. C'est eux qui sont habileté à traquer et punir les violeurs de la Charte, c'est aussi à eux qu'on fait appel pour résoudre des crimes dont l'origine paraît magique. Le guet est une branche très secrète qu'il est difficile de connaître, encore plus d'intégrer, et fort ardu d'en échapper !

Les Envoyés 
Les Envoyés sont des Ria de l'Ordre qui servent un tiers de manière contractuelle pour une durée indéfinie. C'est à dire que leurs services sont loués par une personne, un groupe ou une société intimement lié d'une manière ou d'une autre à l'Ordre et dont les richesses sont telles qu'il peut se payer les service d'un mage à temps plein. Cela peut être pour n'importe quelle raison imaginable, tant que cette dernière ne rentre pas en conflit avec la Charte de l'Ordre.