La Fourmilière


Rues fangeuses et délabrées aux masures branlantes s'accolant les unes aux autres, étouffant entre les parois de la grotte d'entrée d'Hiloroth. C'est par ce lieu pauvre, surpeuplé et asphyxiant que ceux qui veulent se rendre en Hiloroth doivent passer. En arrivant ici, il est difficile de s'imaginer que l'on se trouve à la porte d'une ancienne cité naine autrefois riche et prospère.
La Fourmilière est traversée du Nord au Sud par une grande voie connue sous le nom de Pas du Roi, car c'est la route à prendre pour entrer dans la cité des Hommes, et ceux qui le parcourent sont généralement des sujets de la Couronne (voir l'encart 'En savoir plus) et non plus des vagabonds.

Dès lors que la Porte des Nains, seul moyen de pénétrer dans la cité, est franchie, le voyageur se retrouve au devant d'un amoncellement de maisons de bois et de pierre qui s'accotent pour mieux se supporter les unes les autres. La population de la Fourmilière est principalement composée de réfugiés sans le sous et de miséreux. La grotte initialement pensée par les Nains comme zone de transit, sert aujourd'hui de tampon, afin de contrôler les entrées et sorties au sein de la cité des Hommes. Hiloroth n'étant pas prête à supporter autant de pas, et le Roi désirant garder le contrôle de ce nouveau Royaume, un droit d'entrée fut rapidement instauré pour assurer une plus grande sécurité dans la cité. Ainsi, s'il est facile de rejoindre la Fourmilière, il en est tout autrement pour gagner la cité à proprement parler et de quitter cette zone largement insalubre et dangereuse. Ici, accents et origines différentes se côtoient au marché au travail, proposant leurs services pour des salaires toujours plus bas dans l'espoir de pouvoir se payer de quoi manger pour le jour.

Pourtant on trouve de tout dans la Fourmilière, de nombreuses excavations sont lancées chaque jours dans le but d'agrandir ses galeries. Des groupes se forment pour partir récolter du bois à l'extérieur, chasser, cueillir des fruits et légumes et même s'occuper des rares troupeaux de bêtes capables de vivre dans les montagnes, apportant des ressources alimentaires au peuple. Les gens subsistent comme ils peuvent, faisant pousser leurs propres champignons quand c'est possible et tentant au mieux de ne pas fricoter avec les groupes criminels locaux très présents et toujours à la recherche de sang neuf. La population d'immigrés ne fait que gonfler, les pauvres bougres venant tenter leur chance vers Hiloroth pour souvent se retrouver dans les rues de la Fourmilière à trimer pour un salaire de misère. Depuis quelques temps cependant, le travail est plus présent et la misère s'éloigne, un changement provoqué par la découverte de la Magiamit Bleue (voir lexique) et le besoin de travailleurs pour la transporter et la travailler. De nombreuses patrouilles sont aussi enrôlées dans le but de rénover et nettoyer les anciennes galeries souterraines qui courent sous Hiloroth.

Régulièrement le gouvernement d'Hiloroth se réunit pour discuter des moyens de nettoyer cet endroit de sa crasse et des voyous qui y pullulent mais, inévitablement, tous les projets d'assainissement envisagés finissent par sombrer d'eux-mêmes. La Fourmilière est un organe qu'il est impossible de réguler tant qu'il n'est pas complètement rattaché à la cité, et elle remplit parfaitement sa fonction telle qu'elle est. La sécurité y est maintenue par des milices (les Furets, voir l'encart 'En savoir plus') et parfois, le Guet y fait des descentes afin de montrer que le Roi ne laisse pas les brigands sans attention, ni les gens dans leur malheur. En l'espace d'un rien de temps, de nombreux campements ont surgi entre les bâtiments de pierre et les grottes. Plusieurs faubourgs ont ainsi vu le jour, étirant la Fourmilière sur deux autres axes, les Capes et le Ghetto.

[X] • En savoir plus

Sujet de la Couronne


Être sujet de la Couronne signifie faire officiellement partie intégrante du Royaume d'Hiloroth, avec tous les droits et les devoirs que cela implique.




Devoirs d'un sujet :
• Respect et obéissance totale envers le Roi, ses lois, ses représentants.
• Participation aux taxes et à l'impôt d'Hiloroth.


Droits d'un sujet :
• Droit d'entrer dans Hiloroth, d'y résider, d'y établir un commerce.
• Droit à la sécurité et la protection dans les limites géographiques du Royaume.
• Droit de conquérir aux postes d'état (Gardes, Prospecteurs, ingénieurs officiels...)
Comment devenir sujet du Roi ?
• Résider depuis au moins un an dans la Fourmilière sans avoir causé d'ennuis.
• Pouvoir prouver être un parent direct d'un sujet d'Hiloroth (ou de Ballithar, ancien royaume des Humains).
• Se révéler d'une utilité publique primordiale (forgeron, guerrier, ingénieur, chasseur...). Soumis à une période d'évaluation.
• Payer directement son laisser-passer : 3 jours (3 druks d'or) / 7 jours (10 drucks d'or) / Permanent (50 drucks d'Or).



Le Ghetto des Non-Humains

Cette zone située au Sud du cœur de la Fourmilière est réservée aux populations non-humaines. Après les Dragons et le massacre de plus de la moitié de leur peuple, les Humains ont changé. Toujours amicaux envers la plupart des races, il n'en reste pas moins qu'un sentiment d'unité bien plus fort au sein des Hommes est aujourd'hui présent. La majorité des non-humains se trouvent donc dans ce quartier qui ressemble à un amalgame étrange de bâtisses aux couleurs variés et aux architectures originales. Les gens sont plus calmes et prudents que dans le reste de la Fourmilière et les non-humains ont même installé des groupes de surveillance dans les rues après plusieurs agressions qui pourraient avoir des origines racistes.

Le Quartier des Capes

Situé au Nord de la Fourmilière, le quartier des Capes est bien connu pour être un repaire de brigands et de gredins. Alors que l'argent qui circule en journée dans la Fourmilière provient de commerces officiels, ici se trouvent d'autres marchés plus douteux qui ne se conduisent qu'à l'écart des lumières fortes et de la présence de Gardes ou des Furets. La canaille qui traîne ici affiche pauvreté et désolation. On y trouve le plus grand nombre de barraquements de fortun et de gens de passage, résident dans des huttes et autres taudis. Le vol et le meurtre ponctuent les journées des réfugiés constamment exploités par les criminels de la ville. L'alcool abonde malgré les manques, et quand ils ne travaillent pas, c'est-à-dire la plupart du temps, les expatriés boivent un tord-boyaux tout en partageant leurs malheurs au coin d'un feu moribond. Tous les maux du monde sont ici des faits du Roi et de sa politique, si bien que la Garde et les Milices ne se risquent pas à venir aux Capes sous peine de faire éclater révoltes et agressions. Ici ce sont les criminels qui font la loi, et bien mal avisé celui qui voudrait leur faire entendre le contraire.

• Voir carte de la Fourmilière