Culte d'Ornuhar


"Une humeur d'Ornuhar" : Adage peu flatteur s'il en est, et qui trouve sa source à l'époque de la Guerre des Douze, à laquelle Ornuhar avait la réputation d'être le chef le plus irascible de tous. Réputé d'une férocité et d'une bestialité sans équivalent c'était un guerrier redoutable aux batailles, qu'il avait nombreuses à son palmarès. Sa colère était telle qu'il était craint autant de ses alliés que de ses ennemis.
Selon les anciennes chansons, Ornhuar fut trahi lors d'une bataille décisive par ses alliés d'alors. Sa rage prit une proportion telle que la Passion de la Colère lui apparu, et entra en lui. Ornhuar, déjà fort grand, vit alors sa taille croître de deux bon pieds, ses bras et épaules s'ornèrent de muscles saillants, aux veines palpitantes. Sa tête enfin grossit démesurément, prenant la forme de celle d'un taureau colérique. Le Premier Minotaure était né, et tous ses guerriers connurent la métamorphose semblable. Malgré leurs effectifs largement défavorables, les armées cornues d'Ornhuar conclurent cette bataille par un sanglant carnage de leurs adversaires.


Apparence

Ornuhar est d'une taille colossale, même pour un minotaure. Son poil arbore un vermeille très vif tandis que ses prunelles étincellent d'un magma bouillonnant. Son visage est couturé de cicatrices et orné d'anneaux en tous genres. Son crâne, enfin, est auréolé de cornes aux dimensions formidables dont les ramifications multiples ne peuvent laisser aucun doute sur son identité.

Sur Arathiel, le Premier Minotaure préfère pourtant apparaître sous une forme moins ostensible. On dit qu'il peut se présenter sous les trait d'un grand prédateur, Griak, Chawak ou Drangol... Mais jamais sous forme de proie. Ornuhar exècre l’infériorité physique.





Domaines de prédilection


La colère, la guerre, la ruine, l'esprit sauvage, la prédation et la chasse, la nature, le défi.

A l'image de leurs premiers représentants les minotaures, les fidèles du culte d'Ornuhar exècrent les sociétés civilisées, les institutions et leur autorité. La ville elle-même est considérée comme une figure impie. Ornuhar est l'Erelith de la liberté, de la bataille, de l'esprit combatif en même temps qu'il représente le lien naturel aux choses, la sauvagerie au sens large du terme. La force intellectuelle n'a aucune espèce de valeur, seule compte la force physique en tant que fin comme en tant que moyen.
Il est le référant de nombreux guerriers, soldats ou mercenaires, des rôdeurs, des chasseurs. On l'invoque à l'aube de la bataille, pour trouver la rage de vaincre un adversaire, pour débusquer sa proie.


Histoire et organisation du culte.

La loi du plus fort règne au sein de ce culte qui ne dispose pas de sanctuaire de recueillement. Le culte d'Ornuhar repose en effet sur une pyramide qui hiérarchise précisément les êtres vivants de ce monde. On domine ou on est dominé, on est proie ou prédateur. Aller à l'encontre de cet ordonnancement pourrait provoquer la terrible colère du Premier Né.
Pour apaiser ce dernier ou quérir son aide, les minotaures ont jadis érigé de nombreux totems dans les plaines d'Arathiel. Souvent considérés aussi sordides qu'inquiétants par les autres peuples, ces totems de bois et d'ossements ont pourtant la réputation d'être en lien avec Ornuhar, et l'on vient y déposer des offrandes : Tributs de guerre, cadavres, gibier fraîchement abattu...

Il existe des groupes fanatiques extrêmement belliqueux prônant la violence et la domination de ceux qui pensent différemment, certains les disent fous et égarés depuis l'exil du peuple minotaure.