Arathiel, de l'an 373 à 395

Depuis le réveil des Dragons, le monde n'est plus le même. Parlez avec un vieillard autour d'une kimous et il ne tardera pas à vous dire que de son temps, la paix régnait, l'agriculture et le commerce étaient florissants, chacun pouvait aller et venir à sa guise sur tout le continent. Aujourd'hui, il est vrai que tout cela est bien différent. Des peuples entiers ont disparu, consumés par le souffle-ardent. Certains sont forcés de vivre cachés comme les Elfes ou les Nains, d'autres comme les Humains, on du s'exiler vers des refuges improbables.
Le Monde s'est embrasé et a laissé l'Humanité sans repère ...

Voici la chronologie résumée de ces deux dernières décennies pour comprendre comment les choses en sont arrivées là.


Les Dragons apparaissent dans les Monts Gô en 373. Se dirigeant vers l'Ouest, ils détruisent tout sur leur passage.
Bien loin de là, Murthos le Roi de Ballithar a bien d'autres soucis : une sombre tour s'érige au milieu de son royaume. C'est l’œuvre de Julius le Nécromant, dangereux magicien et ennemi de la Couronne. La menace est prise très au sérieux, le Roi part lui-même se charger du magicien noir, mais pris dans le piège d'un sort perfide, il périt.

Sans délais, le Duc Tancred venge le Royaume à la tête, cette fois, d'une immense armée. La tour de Julius est réduite en cendre. Nous somme début 375 et les choses vont mal. Les Dragons ne sont pas une fable comme beaucoup le pensaient, et après avoir détruit la capitale des Elfes, ils s'attaquent au royaume des Hommes. Affaiblis par une grande épidémie et désorganisés sans leur roi, les Humains se voient succéder de cuisantes défaites. En 376, la capitale Falryn est perdue. Les survivants sont contraints d'aller se cacher chez les nains de Bershmek.

Ils vont devoir y rester presque dix ans, le temps de se remettre des tragédies passées et d'élaborer un plan pour le futur. En 386, les Hommes ont un nouveau Roi, Lorynlith, fils de Murthos, est en âge de gouverner ; de plus les Dragons semblent avoir enfin calmé leurs ardeurs à la surface. L'année suivante, il proclame le Grand Exil vers Hiloroth, une ancienne cité-mine Naine. Grâce à un pacte avec les Nains et surtout les Drows, le convoi fait une partie du long chemin sous l’Échine du monde (La grande chaîne des Monts Auroch et des Monts Ombreux).

Des mois plus tard, les Humains retrouvent l'air libre. Ils doivent traverser le Thar-Grief et l'Ol, des régions dangereuses. Une aide inattendue va alors se rallier à eux tout au long du chemin vers Hiloroth : les peuples non-inféodés du Nord. Ils sont trois : les Dranglois, les Anguilles, et les Arguesians. Chacun à ses raisons, mais tous souhaitent rejoindre les rangs de l'ancien Royaume de Ballithar et restaurer la toute puissance des Humains. Le Roi ne dit pas non, ses forces sont très affaiblies depuis la perte de Falryn et de nombreuses armées. Le Grand Exil aura duré près de trois ans, mais fin 389, les Humains sont à Hiloroth. Les peuples non-inféodés sont anoblis et considérés comme faisant partie du Royaume de Ballithar, rebaptisé Royaume d'Hiloroth.

Pendant cinq ans, les Humains vont s'échiner à réhabiliter la cité. Ils vont y faire des découvertes surprenantes comme les Anciens et la Magiamit. Lentement mais sûrement, les Humains reprennent des forces et un peu d'espoir, mais l’extérieur est toujours sous la menace reptilienne, et les force à rester confinés dans la montagne.


[X] • Chronologie détaillée
Le Réveil des Dragons

An 373

Les Dragons apparaissent dans les Monts Gô de manière soudaine et inexplicable. Les Harpies, premières habitantes des lieux sont décimées, on ne trouve plus aucune d'entre elles aujourd'hui.
Les Dragons descendent ensuite vers l'Ouest et quelques heures leur suffisent pour faire de Morguemil un tas de ruine. Il y a peu de survivants pour propager la nouvelle qui de toute façon est d'avantage perçue comme un conte de ménestrel de mauvais goût.


Julius le Nécromant

Pendant ce temps, en Ballithar, une menace plus immédiate se dresse non loin de Baldia : il s'agit d'une sombre tour érigée par Julius le Nécromant, mage aussi célèbre que dangereux et banni du Royaume pour sa passion des magies interdites.
Le Nécromant veut la guerre, et il ne le cache pas. Connaissant les terribles pouvoirs du traître, le roi prend la menace très au sérieux. Accompagné de ses meilleurs éléments, il part lui même rendre justice.

Hélas, arrivés sur les lieux, la compagnie comprend vite qu'elle est tombée dans un piège : la tour grouille de forces insoupçonnées ; de sombres sorciers et des mercenaires inexplicablement ralliés à Julius. Ils menèrent un digne combat, mais le Nécromant déchaîna ses rituels les plus vils et les plus noirs — vraisemblablement préparés de longue date. Ni le Roi ni aucun de ses hommes ne survécurent. Ballithar se retrouva subitement orphelin.


Ballithar, de la gloire à la poussière

An 374

La réponse des Hommes est immédiate. Dès la nouvelle année passée, le Duc Tancred convoque tout son ban et part écraser la tour de Julius. Elle ne résiste qu'une journée, et finalement le feu lui est mis.
Les Hommes n'ont ni le temps de pleurer leur souverain, ni le temps de célébrer leur vengeance accomplie. Les Dragons sont en effet sur le devant de la scène. Ils sont bien réels et se déplacent vite, très vite. Brûlant tout sur leur passage, on dit qu'ils sont déjà au dessus de Méliandre et que les Elfes fuient leur capitale. Les Minotaures ont entamé un exil massif et mystérieux par les Mers. Les centaures, enfin, ont péri en grand nombre en tentant de faire face aux monstres d'écailles. Les temps sont sombres, et ils noircissent encore d'avantage chaque jour.

An 375

Une bien sinistre année que celle là. Falryn, la capitale des Homme est en proie à une mystérieuse épidémie. La Main Noire — une secte malfaisante que l'on pensait démantelée depuis dix ans — a empoisonné les réserves de blé de la ville. La panique et le chaos s'y installent, beaucoup d'hommes et de femmes, militaires comme civils meurent dans d'horribles souffrances.
Au milieu de l'année, les Dragons sont aux portes de Baldia. Désorganisés et affaiblis, les Humains doivent se mobiliser en urgence pour contrer la menace reptilienne. La bataille est un désastre ; des armées entières sont consumées par le souffle ardent des Dragons et Baldia est perdue en deux jours. Les Hommes doivent se replier à Falryn.

An 376

Les Dragons ne s'arrêtent pas en si bon chemin. Après avoir réduit en cendres tout le nord de Ballithar, ils arrivent devant les remparts de Falryn. La cité des Hommes a des murs solides ; depuis plus de deux siècles, elle n'est jamais tombée.
L'an 376 changerait la donne. Les Hommes mobilisent tout leur courage pour repousser les envahisseurs, mais les Dragons sont trois, et leurs forces combinées auront raison des gardiens de Ballithar. Après une semaine d'intense combat, les cadavres humains s'empilent si haut qu'ils rivalisent avec les remparts de la ville. De nombreux héros, grands ducs ou figures qu'on pensait inébranlables sont tombés. La Reine Sahynia elle-même a succombé au souffle-ardent.
Les survivants ne formant plus qu'un piètre lambeau de gens usé et moralement brisés. Au prix d'une héroïque percée, le duc Tancred parvient à emmener une partie d'entre eux vers les montagnes d'Auroch, et chercher refuge chez les nains.

Pensant d'abord que cela serait provisoire, les survivants finissent par comprendre qu'ils ne pourraient pas rentrer chez eux. Les Dragons sont toujours dehors, continuant d'incendier le monde. Des éclaireurs rapportent que Gandia — la région des Hobbits — est attaquée. Ses habitants sont soufflés comme des fétus de paille par la tempête.

Pendant dix ans, les Humains vont rester cachés avec les Nains dans Bershmek. Par chance, les réserves de la cité sont inépuisable, même si il s'agit pour la plupart d'infâmes champignons souterrains. Le Royaume de Ballithar n'est plus, mais Murthos et Saphynia n'ont pas laissé leur lignée s'éteindre. Leurs enfants Lorynlith et Kalilith ont survécu à la bataille de Falryn, protégés corps et âmes par les plus fidèles serviteurs du Royaume.


Le Grand Exil

An 386

Lorynlith le prince héritier a seize ans révolus. Le Conseil provisoire et les Éminences du Culte d'Eventorn décident qu'il est temps de le coiffer de la Couronne de Ballithar et célébrer le nouveau roi.
Le Roi est jeune, mais plein de détermination. Il veut quitter Bershmerk pour un endroit où les Humains pourront se reconstruire et tracer des plans pour un futur moins obscur. C'est à ce moment que le Roi de Bershmerk parle d'Hiloroth à Lorynlith ; une cité-mine abandonnée depuis des siècles, mais qui une fois réhabilitée pourrait faire une base parfaite. 
Le jeune roi est très populaire parmi son peuple, en lui coule le sang de Murthos et Saphynia, monarques idolâtrés si il en fut. Quand il décide de proclamer le Grand Exil, peu sont ceux qui décident de rester parmi les Nains. Si les Dragons semblent s'être calmés, ils sont toujours là et il ne fait aucun doute qu'ils feront tout pour barrer la route aux Humains.

An 387

Lorynlith a conclu un pacte secret avec les Drows pour pouvoir passer par les longs souterrains des Monts Ombreux. On ne traite pas souvent avec les Elfes-noirs, tant ceux-ci sont durs en affaires. Personne ne sait ce que le Roi leur a promit en échange mais peu importe, cela permettra aux Humains de traverser la moitié d'Arathiel à l'abri des Dragons. 
Après une titanesque préparation, le départ du Grand Exil est proclamé le premier jour de la saison du bourgeon de l'an 387. Le voyage durera presque trois ans, trois années durant lesquelles un certain nombre d’événements inattendus vont se dérouler. 

An 388

Le voyage à travers les entrailles des Monts Ombreux a été long et éprouvant, mais les Humains ont réussi à arriver jusqu'au Thar-Grief sans encombre. Lorylinth et ses généraux redoutent la traversée des étendues sauvages. Elles sont peuplées de créatures géantes et féroces — en plus des Dragons bien-sûr - et le Thar est très découvert. De surcroît, les Ogres occupent la région depuis toujours, et n’apprécient pas qu'on y entre sans y avoir été invité. Le Roi n'aimerait pas rencontrer une Panse en pleine campagne de chasse ...

C'est alors qu'une aide imprévue vient à lui. Des Humains, trapus, hâlés, et très nombreux : des milliers d'hommes et de femmes, tous armés de lances et d'arcs. Conduits par Sixte Qu'un-Œil, ce sont les Dranglois, un peuple qui n'a jamais été inféodé à la Couronne de Ballithar. Aujourd'hui, Sixte affirme que le monde change et que les Hommes, de Ballithar ou non, doivent tous s'unir si ils veulent survivre. Connaissant très bien les Ogres et le Thar-Grief, il propose à Lorynlith de l'escorter jusqu'à la fin des Terres sauvages. Une main tendue que le Roi aurait été fou de refuser.

An 389

Plus nombreux et plus solides qu'au départ, les Humains ont vu défiler les mois sans avarie majeure. Sans l'aide des Dranglois et des Ogres, il est très peu certain que les choses en soient allées ainsi, surtout au cœur de la saison d'Yla.
A présent que leur destination finale se rapproche, les Hommes semblent reprendre espoir, d'autant plus qu'une fois les berges de la Mer de Durin derrière eux, les Exilés rencontrent un nouveau peuple indépendant, les Anguilles. Plus connus des Ballithariens, les Anguilles sont un peuple de marchands qui a toujours refusé de se soumettre aux lois du Royaume, les jugeant trop contraignantes et néfastes, ils préféraient rester libre de toute allégeance. 
À présent, ils veulent remettre cela en question et Fara leur gouvernante convainc Lorylinth que les anciennes alliances des Hommes, comme au temps d'Eventorn doivent être de nouveau scellées et que pour réussir, Ballithar devra compter avec les Anguilles et leur formidable réseau de relations économiques et diplomatiques. Les rangs des Hommes s'élargissent, et ils approchent du but.


Hiloroth, « L'île Rocheuse »

An 390

Le Roi Lorynlith et les siens arrivent enfin à Hiloroth, à la toute fin de l'année 389, mais une mauvaise surprise les attend. La cité est occupée par d'autres Humains. Ce sont les rescapés de Morguemil qui se sont réfugiés dans la montagne toute proche lorsque les Dragons se sont réveillés. Une longue animosité empoisonne les relations entre ce peuple et les gens de Ballithar. Morguemil est la capitale de la magie dite "libérée", c'est à dire utilisée de manière débridée (voir magie). Ce type de magie est sévèrement condamnée par l'Ordre car elle est très dangereuse. Un certain Julius le Nécromant en était l'adepte le plus célèbre ; il était d'ailleurs originaire de Morguemil.

Les occupants d'Hiloroth ne souhaitent laisser entrer quiconque, et surtout pas les rescapés de Ballithar. La situation s'enlise, pourtant le temps presse : on rapporte que des Dragons se dirigent tout droit vers Hiloroth. Les Armées de Lorynlith et de ses Ducs tentent de forcer le passage. Ils le regrettent amèrement ; les mages de Morguemil font honneur à leur réputation. Leurs sorts dévastateurs font autant de dommages dans leur propre camp mais Lorynlith est las des hécatombes, il ne souhaite pas d'une énième boucherie qui achèverait le peu d'hommes qui lui reste. 
Près à tourner les talons, une nouvelle aide providentielle va une nouvelle fois sauver le Roi des Hommes. Une armée gigantesque de mercenaires descend tout droit des terres froides de la Vaera et propose son aide au Suzerain. 
Ensembles, les Hommes de Ballithar et les soldats de la mystérieuse armée seront assez nombreux pour inonder la ville et exterminer les magiciens téméraires. Quelques jours plus tard, l'identité du chef des mercenaires est percée au grand jour : il s'agit d'Emeric Arguesian, le descendant d'un ancien traître de Berthos, grand père de Lorynlith. Le chef mercenaire s'explique, il souhaite laver l'honneur de sa famille et dès qu'il a su que les Humains de Ballithar étaient en route pour Hiloroth, il n'a pas hésité à virer de bord et venir soutenir celui qui devait être son suzerain. Il savait que la cité était occupée et que son aide serait précieuse. Cela ne plaît pas à tous, mais peu importe, les Humains sont arrivés sains et saufs, ils sont dans Hiloroth, leur nouvelle patrie. 

An 391

Les trois peuples ralliés à la bannière de Ballithar — les Dranglois, les Anguilles et les Arguesians — sont anoblis par le Roi, en récompense de leurs bons et loyaux services, sans lesquels les choses seraient sans doute bien différentes de ce qu'elles sont. Cela fait grincer beaucoup de dents, notamment parmi les anciens nobles de Ballithar qui ne tardent pas à qualifier ironiquement les peuples libres "d'Argentés".  Pourtant, l'aide des Argentés est indispensable dans Hiloroth. La cité est en ruine, tout est à faire et les comptes de la Couronne sont au plus bas. 

Tout le monde se retrousse les manches et se met au travail. Le premier objectif des Humains est de réhabiliter le Creuset de la cité-mine et pouvoir refaire fonctionner les machines des Nains. Il faudra pourtant plus d'un an et toute l'aide de ces derniers avant de pouvoir remonter à nouveau du minerai des entrailles de la montagne.


Les Anciens
An 392

Les Humains explorent les anciennes galeries, de plus en plus profondément. La plupart sont en très mauvais état et les autres sont infestés de gobelins et de lombrics géants.
Au milieu de l'année, les mineurs arrivent jusqu'à un lac souterrain immense. Il apparaît vite que ce lieu à quelque chose d'anormal. Il brille, comme s'il était éclairé par le fond. Après de précautionneuses recherches et analyses, des plongeurs sont envoyés sonder le lac. Ce qu'ils y trouvent a de quoi surprendre le plus éminent des érudits.

Des créatures dorment paisiblement sous la surface de l'eau. Assoupis dans des sarcophages lumineux, leur apparence étonne : tout bleus, ils ont une forme humanoïde et des tentacules luminescents en guise de chevelure tandis que des branchies leurs permettent de respirer sous l'eau.

Un des être se réveille. Ce dernier est doué de parole, à la grande surprise des Humains. Mais l'amphibien n'a pas de mémoire, il ne sait ni d’où il vient, ni où il est, et encore moins qui il est. Incapable de trouver son propre nom, les Humains ne tardent pas à le surnommer Ô Unroden "le premier réveillé".
Les amphibiens s'éveillent chacun leur tour les jours suivants. Tous sont frappés de la même amnésie. Dans Hiloroth, cette découverte est un véritable événement. Qui sont ils ? D'où viennent-ils ? Pourquoi sont-ils là ? Certaines personnes dont de fameux savants et historiens n'hésitent pas à avancer l'hypothèse qu'il pourrait s'agir là des Anciens. Célébrés dans plusieurs légendes et vieilles chansons, les Anciens seraient un des premier peuple d'Arathiel, une puissante civilisation d'avant le temps des Hommes et qui maîtrisaient la magie comme nulle autre. Vraie ou non, le peuple s'empara vite de l'idée et c'est désormais par "Anciens" qu'on désignerait ces êtres étranges.

Une autre chose inédite fut trouvée avec les Anciens : la Magiamit. Aussi appelée la pierre-magie, c'est une roche bleue et lumineuse qui semble agir comme une éponge à Essence. Elle est capable de contenir des sorts, ou de développer les capacités magiques de leurs porteurs. On en sait encore peu sur la Magiamit, mais le peu qu'elle a déjà laissé entrevoir fait d'elle un produit d’exception et attire bien des convoitises.

Rapidement, deux catégories d'Anciens se démarquèrent : les premiers, perdu et méfiants, ne quittant jamais le lac où ils furent trouvé ; et les deuxièmes, incroyablement curieux et sociables, s’accoutumant sans aucun mal à la vie parmi les Humains.